Autorisation de la HAAC No 0025/HAAC/12-2020/pl/P

Rédigé par 20 h 58 min Basketball, Sport

Basketball / Togo : le Togo tient peut-être en Magnan Romaric son futur Akeem Olajwoun !

La relance du basketball togolais à la base semble sérieusement prendre son envol. Pour preuve, la détection de jeunes talents dans les coins et recoins du pays. Parmi eux, Magnan Romaric. A 20 ans, il mesure déjà 2m18. Il a rejoint le centre Swallows début novembre 2020 grâce au travail de l’équipe de détection de jeunes pépites mise en place par l’UNSS. “Ça fait seulement six mois que j’ai commencé par véritablement jouer au basketball. Quand j’étais au collège je regardais souvent la NBA et quand je vois les joueurs qui sont grands de taille faire

la différence ça m’impressionne beaucoup. Après mon BEPC, j’étais obligé de pratiquer d’autres sports comme le football, puisque dans mon milieu peu de gens s’adonnent au basketball, faute d’Infrastructures sportives adaptées à ce sport”, a-t-il narré.

Comment Magnan Romaric a rejoint le centre Swallows ?

Le futur Akeem Olajuwon du Togo affirme avoir été détecté par un coach du centre Swallows nommé Raoul… “J’ai rencontré le coach Raoul à Kara plus précisément au collège Chaminade. Je m’amusais avec mes copains quand il m’approcha et me demanda « jeune tu aimes le sport ? », j’ai répondu oui. Après on avait poursuit la conversation et il a profité pour me demander si le basketball me plaît et je lui répondu encore oui. A l’époque j’étais en classe de 1ère et je lui avais promis que je vais rejoindre le centre Swallows après le BAC2. Donc après l’obtention de mon baccalauréat j’ai rejoint ce centre depuis novembre 2020”.

 Des débuts compliqués, mais une acclimatation réussie

La pratique de tout sport quel qu’il soit, nécessite la maîtrise de certains fondamentaux. Pour avoir une aisance technique dans un sport comme le basketball, six mois ne suffisent pas pour un débutant qui a déjà dépassé l’âge des minimes. C’est le constat de Magnan Romaric qui affirme “Ici pour être honnête, j’ai rencontré des difficultés surtout celles d’ordre mental, technique et aussi physique. Au tout début je ne savais pas bien tapoter le ballon. Je perdais très rapidement le ballon quand on fait les matchs d’entraînement et ça me donne beaucoup de stress. Sincèrement ce n’était pas facile pour moi mais maintenant ça vient peu à peu. Je sais qu’avec beaucoup d’humilité ça va aller”.

Ainsi, malgré les difficultés techniques, Magnan Romaric a retrouvé un groupe de jeunes très soudés et qui font preuve d’esprit d’équipe. Une véritable condition qui a facilité son acclimatation au sein du centre Swallows. “Je me sens à la maison ici. Je suis trop content d’être parmi ces jeunes gens dont je connais la majeure partie”.

La NBA, en ligne de mire !

Avec ses 2m18, Magnan Romaric rêve déjà grand. Son souhait, c’est d’atterrir un jour dans le meilleur championnat de basketball du monde, la NBA. Pour y arriver, la jeune pépite compte travailler ses muscles, s’étoffer et améliorer sa technique de dribbles et les gestes fondamentaux. “J’ai la conviction que si je me concentre sur ce que j’ai à faire, je peux me retrouver en NBA dans peu de temps. Mon idole c’est Kevin Durant et j’espère jouer un jour à ses côtés tout comme aux côtés de LeBron James et autres stars de ce championnat américain”. Nobles ambitions, mais le chemin est encore long et pavé d’embûches. Il faudra tout simplement être le meilleur des meilleurs. Pour ça, on peut compter sur Romaric.

ReDok.

Visited 41 times, 1 visit(s) today