Autorisation de la HACC No 0025/HAAC/12-2020/pl/P

Breaking News

Rédigé par 14 h 29 min Sport, Tennis

Tennis / Togo – Albert Lamboni : “j’exhorte les personnes en handicap à nous rejoindre”

Dans son souci de mettre en lumière les disciplines sportives les moins connues au Togo, ahouevi info s’intéresse aujourd’hui au tennis en fauteuil roulant. C’est Lamboni Albert (LA), Secrétaire Administratif de la Fédération Togolaise de Tennis qui nous fait découvrir ce sport.

Ahouevi : Bonjour et merci de nous accorder cette interview. Nos auditeurs et lecteurs voudraient mieux vous connaitre, pouvez-vous vous présentez à eux ?

LA : Je me nomme Lamboni Albert, je suis le secrétaire administratif de la Fédération Togolaise de Tennis (FTT) et membre de la commission de la CAT pour personnes en handicap c’est-à-dire Tennis en fauteuil roulant. On nous a nommés dans la commission depuis 2019.

Ahouevi : vous êtes en charge du tennis en fauteuil roulant, parlez nous en.

LA : Par rapport au tennis en fauteuil roulant, je voudrais vous dire qu’au niveau de l’ITF, il y a un département dénommé « Wheel chair » qui se charge du tennis en fauteuil roulant. Il faut noter que c’est un département qui fait des efforts pour que les personnes en handicap puissent pratiquer le tennis et de ce fait, participer aux compétitions internationales.

Ahouevi : Et à la FTT ?

LA : Oui, à la FTT, nous avons jugé bien de mettre en place une cellule. Donc, depuis 2 ans, les personnes handicapées s’entraînent au siège de la FTT qui se trouve au niveau du stade omnisport de Lomé. Les samedis, ils sont là de 12H à 15h,  voire de 15H à 17h. Le matériel n’est pas trop adéquat mais on fait avec. Il est à noter que certains ont de l’expérience dans le tennis, et maitrisent un peu le vélo et d’autres qui ont commencé et qui le maitrise parfaitement.

Ahouevi : En cette période de la covid-19, dites-nous comment ça se passe ?

LA : En cette période de Covid, tout tourne au ralenti, le nombre a pratiquement chuté. Mais il y’a certains qui viennent au nombre de 3, 4 et la distanciation est au rendez- vous donc nous faisons une programmation par rapport à leur passage. Ils ne se regroupent plus comme avant et les entrainements continuent tout en espérant participer aux compétitions régionales, sous régionales et internationales.

Ahouevi : le mot de la fin ?

LA : Mon mot de fin, c’est d’exhorter les personnes en handicap à nous rejoindre. Elles ont aussi la chance de faire du sport et de devenir de grands joueurs donc elles n’ont qu’à s’y adonner.

De même s’il y’ a certains jeunes qui sont en handicap, ils peuvent s’approcher de notre fédération pour qu’on puisse les inscrire dans cette cellule afin qu’ils commencent tôt pour qu’ils puissent maitriser le vélo et devenir les champions de demain. Voilà un peu ce que j’ai à dire. Je vous remercie.

Propos recueillis et transcrits par Miss Darlix.

Visited 2 times, 1 visit(s) today
error: Content is protected !!