Autorisation de la HAAC No 0025/HAAC/12-2020/pl/P

Rédigé par 23 h 45 min Football, Sport

Football / CHAN 2020 : les Eperviers locaux ratent le coche

Les Eperviers A’ du Togo après leur victoire historique d’il y a quelques jours face à l’Ouganda laisse passer l’occasion d’écrire une nouvelle page sublime de l’histoire du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) en s’inclinant 2-3 face au Rwanda.

Des Eperviers timorés et empruntés

A l’entame de ce match, les Togolais ont leur destin en main. Pourtant, ils bafouillent leur football. On reconnait à peine l’équipe conquérante de vendredi dernier. L’absence de Tchakei Marouf n’explique pas tout. Le milieu de terrain est incapable d’aligner trois passes de suite et de casser les lignes rwandaises, à l’image de Adjahli Moise.

La défense tient à peu près, mais Aigba Mubarak montre des signes de fébrilité inquiétants. Peu à peu les Rwandais posent leur main sur le match et le numéro 14 Lague Byiringiro en fait voir de toutes les couleurs à son vis-à-vis sur le flanc droit de la défense togolaise. Les togolais procèdent par contre mais sont trop imprécis dans les transmissions.

Pourtant, c’est l’un d’entre eux qui permet à Richard Nane d’ouvrir le score sur un bon service de Tchatakora (38è). Le Togo marque sur la seule frappe cadrée de la première mi-temps et la seule fois où il joue juste en attaque.

Dans les arrêts de jeu de cette première mi-temps, Sama commet une faute largement évitable sur l’attaquant Rwandais. Le tireur dépose la balle sur la tête de Olivier Niyonzima intercallé entre les défenseurs centraux togolais apathiques. Il n’a aucun mal à tromper le portier togolais aux abonnés absents. 1-1 c’est le score à ma mi-temps.

Ismael Ouro-Agoro, Abdou-S. Tchatakora seuls au monde

En deuxième mi-temps les Rwandais s’enhardissent, conscients que seule une victoire peut les qualifier. Les Togolais résistent toujours, mais demeurent brouillons, à l’exception d’Ismael Ouro-Agoro et de  Abdou-Samiou Tchatakora. Le staff togolais choisit alors de faire entrer Bilali Akoro. Coaching payant, puisque sur une percée côté gauche, Ismael Ouro-Agoro centre en retrait pour Akoro B. qui reprend victorieusement. Le Togo reprend l’avantage (58è).

Entre temps, le coach Rwandais décide d’envoyer du lourd et fait rentrer deux attaquants de pointe puissants. Ces deux nouveaux entrants causent toutes les misères du monde à une défense togolaise dépassée par les événements.

Le staff togolais n’apporte aucune réponse à ce changement tactique rwandais. La sanction est immédiate et amère. Le Togo encaisse deux nouveaux buts (Jacques Tuyisenge 60è) et Ernest Sugira (66è) synonymes d’élimination.

Toutes les tentatives de Ashraf Agoro, Tchatakora et autres resteront vaines. Les Eperviers quittent à nouveau une compétition sur un goût d’inachevé après avoir suscité beaucoup d’espoir et laisser entrevoir de belles choses.

Le manque de compétition et l’inexpérience dans la gestion de ce gendre de matches auront été les principaux bourreaux des Togolais, les Amavubi mis à part.

Visited 8 times, 1 visit(s) today