Autorisation de la HAAC No 0025/HAAC/12-2020/pl/P

Rédigé par 13 h 23 min Football, Sport

Football / CAF : branle-bas de combat contre l’annulation de la CAN féminine

En prenant la décision le 30 juin 2020 d’annuler la CAN féminine et de la remplacer par une Ligue Africaine des Champions, alors que la plupart des autres compétitions ont été reportées, la CAF ne s’est pas faite que des amis.

En effet, suite à la publication de son document intitulé « les directives de la CAF pour la reprise du football en Afrique », la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de la réorganisation de son programme d’activité. Ainsi la CAN et le CHAN Cameroun 2020, les Compétitions Interclubs 2019/2020 : la Ligue des Champions de la CAF et la Coupe de la Confédération de la CAF, la CAN U-17 et U-20, la CAN de Beach Soccer 2020 ont été reportées à de nouvelles dates.

 Pour ce qui concerne le football féminin, beaucoup de voix se sont élevées pour exprimer une position hostile à l’annulation de la CAN féminine, et au traitement réservé au football féminin, pourtant, certaines la saluent. C’est le cas d’Antoinette Moreira, responsable de l’Association pour le Développement du sport et des Arts au Bénin (ADSAB) et promoteur du tournoi Milôkpéhou « ils ont pris la bonne décision car ce virus fait trop de ravage ». Elle ajoute que « ce n’est pas pour autant que les joueuses doivent se démotiver, bien au contraire elles doivent redoubler d’ardeur dans le travail individuel au quotidien ».

Des acteurs indignés, mais partagés

Quant à l’internationale camerounaise Ajara Njoya Nchout, dans une publication titrée « UNE CAN FEMININE, C’EST BIEN PLUS QU’UNE COMPÉTITION » elle déclare « le football féminin africain n’offre pas beaucoup d’occasion de voir ses talents. La CAN est une porte d’opportunité pour nous » et se déclare « triste pour l’annulation de la CAN féminine 2020.
Même si je comprends la décision, j’ai du mal à l’accepter. Quoi qu’on dise, le football féminin africain va accuser un retard.
Pour plusieurs footballeuses, la CAN représente l’occasion majeur pour défendre son pays et s’exposer pour une carrière en Occident. Plusieurs d’entre nous ont émergé grâce à la CAN. Trois années dans une vie c’est énorme. Je suis triste pour mes jeunes sœurs et le football féminin africain ». Elle n’en félicite pas moins la CAF pour la création de la Champions League féminine. Et de conclure « RDV en 2022 Inshallah ! ».

Aminata Dembélé, internationale du Congo Brazaville pour sa part avoue que « ça fait vraiment mal mais on ne peut rien faire. On doit respecter la décision de la CAF ? » elle finit avec un grain d’espoir car pour elle « il y a la ligue des champions féminine et on peut quand-même jouer une compétition internationale. C‘est le plus important ».

Nathalie Badate, une joueuse togolaise de l’effectif des Eperviers Dames réagit à cette décision de la CAF qui a son goût est injuste. « Du moment où les compétitions masculines n’ont pas été annulées, j’espérais un report et non une annulation de la CAN Féminine. Pour nous autres dont le pays devrait avoir la chance de compétir pour une première fois, l’espoir de se mesurer à d’autres nations, de se révéler au continent et au monde, susciter l’éveil du football féminin national s’est anéanti ». Pour finir elle espère tout d’abord un retour en arrière de la CAF, et ensuite que le paquet pourra être mis au niveau du championnat national afin d’avoir la chance de disputer les matches de la nouvelle champion’s league féminine.

 Dans la foulée, une Association des Anciennes Lionnes Indomptables du Cameroun a lancé une pétition contre l’annulation de la CAN Féminine à destination du comité Exécutif de la CAF.  Elles estiment que la « l’annulation de la coupe d’Afrique des nations féminines de football est une décision injuste de la CAF » et posent la question suivante : « pourquoi les femmes sont-elles lésées ? vu que les autres compétitions de football continentales (les CAN masculines) sont reportées en 2021 et 2022 ». En jugeant louable la création d’une ligue des champions africaines du football féminin, l’Association des Anciennes Lionnes Indomptables du Cameroun dans sa pétition affirme que « cette décision va certainement créer des écarts encore plus conséquents entre les championnats organisés et ceux qui essayent d’exister. Mais c’est une compétition en plus et laissons-leur le temps de nous préciser les contours de ce nouveau bébé ».

Elles affirment que la « coupe d’Afrique des Nations féminine  AWCON 2020 qui permet aux footballeuses d’être sous les feux des projecteurs tous les deux ans, qui permet au grand public continental de découvrir tous ces talents, qui permet aux footballeuses de percevoir lors de cette compétition le seul revenu conséquent pour certains pays comme le Cameroun, qui permet aux joueuses évoluant dans des championnats européens, asiatiques, américains et sud américain de se retrouver et de fêter leur sport est ANNULÉE, pas reportée mais ANNULÉE ». L’Association des Anciennes Lionnes Indomptables du Cameroun a donc lancé un appel en ces termes « Merci à vous de bien vouloir nous rejoindre en signant cette pétition pour envoyer un message au comité Exécutif qui doit revenir sur cette décision injuste et organiser une CAN en 2021 qui permettrait à certaines jeunes joueuses de goûter à ce niveau de jeu, de réaliser leur rêves, de préparer les sélections pour les prochaines échéances mondiales et surtout permettre à un pays africain de vivre ce moment unique ».

Le patron du football mondial, Gianni Infantino lors du World Football Summit affirme que « le football féminin est une priorité absolue pour la FIFA. Nous ne devons pas utiliser le coronavirus pour mettre de côté le football féminin. Au contraire, nous devons aider encore plus le foot féminin car il a un bel avenir ». Une déclaration lourde de sens…. La réaction de la CAF est donc très attendue.

AGBO Love.

https://www.ahouevi.net/caf-football-annulation-de-la-can-feminine-2020-une-pomme-de-discorde-entre-la-caf-et-les-premiers-concernes/

Visited 5 times, 1 visit(s) today